Lap-Steel

Marque
Pas d'instruments trouvés

LE LAP-STEEL

Véritable laboratoire de l’amplification électromagnétique, c’est tout d’abord la très populaire et souvent méconnue guitare hawaïenne, dite lap-steel (elle se joue à plat sur les genoux), qui a bénéficié des recherches et développements en la matière. Non contente d’être le premier instrument de musique fabriqué en masse avec un microphone intégré, cette guitare est aussi la première à recevoir un corps plein dépourvu de véritable caisse de résonance. Cette dernière mouture radicale de l’amplification des instruments acoustiques vaudra à son prototype – que l’on doit à Adolph Rickenbacher (sic ! ré-orthographié Rickenbacker par souci d’assimilation) et George Beauchamp – le surnom sympathique et moqueur de « Frying Pan », à savoir poêle à frire, ustensile auquel elle ressemble comme deux gouttes d’eau ! Dès lors dans son sillage, par contagion et extension de gamme d’instruments acoustiques amplifiés, les facteurs industriels s’acheminent progressivement vers le néant acoustique de la guitare conventionnelle à cordes métalliques : la traditionnelle spanish guitar devient electro-spanish (d’où les initiales ES chez Gibson) puis, avec un corps plein, elle se fera electro-solid body.

Citons quelques grands noms de virtuoses de la guitare lap-steel et pedal-steel : le pionnier multi-instrumentiste et chef d’orchestre américain Alvino Rey (1908-2004), ses compatriotes Peter Drake (1932-1988), Lloyd Green (1937), l’incomparable Speedy West (1924-2003) ou encore Forrest White (1920-1994) qui, avant de rejoindre les ateliers de Leo Fender (1909-1991) en 1954, était très en demande auprès des studios d’enregistrement. On lui doit le trait mélodique final du jingle des dessins animés « Merrie Melodies » ! En France, les noms de Gino Bordin (1899-2009) ou Harry Hougassian (1933) qui jouaient sur un lap-steel de Jacques Favino (1920-1999) sont restés gravés dans les annales.

Toutes les marques de guitares des années trente ont fabriqué des lap-steel, tant le sport de glisse sur cordes était alors populaire ! À tout seigneur tout honneur, les modèles Rickenbacker Electro A dit « Frying Pan », Rickenbacker Silver Hawaiian, Rickenbacker model B, Rickenbacker model SD ou simple Rickenbacker NS d’avant-guerre sont encore recherchés pour leur qualité sonore et leur son typique. De même, les nombreux lap-steels sortis des ateliers Gibson sont toujours très prisés, en particulier quand ils portent un micro de la génération des « Charlie Christian » comme le Gibson EH-150, Gibson EH-100, Gibson EH-185. Les compagnies aux multiples marques de Chicago comme National-Valco, Harmony, Kay, Supro, Paramount ne sont pas en reste et ont produit une quantité incalculable de ce type de guitare jusque dans les années cinquante. En Californie, les lap-steels seront les premiers instruments de musique fabriqués par Leo Fender au sortir de la guerre. Les premiers Fender Champ seront simples mais la production ira vite en se complexifiant selon la demande des musiciens. Ainsi les modèles Fender Dual Eight Profesionnal Console ou Fender Triple Eight Console rivaliseront avec les modèles Gibson Console Grande. De même, la production Gibson sera dès lors mise en regard de celle de Fender et proposera, jusque dans les années cinquante, des modèles bon marché comme le Gibson BR9 ou le Gibson Skylark au design résolument fifties !

Retour vers le haut